AVERTISSEMENT :

 
Ce site est  un guide qui ne remplace pas les explications en consultation, indispensables pour comprendre l’analyse des caractéristiques de votre visage, qui est unique.
 
Ces exemples permettent de montrer des cas concrets et ainsi d'aider la compréhension des principes de la chirurgie du regard mais ils ne sont pas forcément transposables à votre situation particulière. Il est n’est donc pas possible de vous garantir les résultats que vous avez pu voir sur ces exemples.
 
En utilisant ce site, vous acceptez ces limites. Dans le cas contraire, je vous demande de ne pas l'utiliser.
 

Blépharoplastie inférieure par voie conjonctivale

 
Les pôches palpébrales inférieures sont liées à un excès du volume de la graisse située dans l'orbite, celle ci fait saillie en avant du rebord orbitaire osseux.
Si il n'existe pas de relâchement et d'excès de peau important, elles peuvent êtres retirées par voie conjonctivale, c'est à dire par l'intérieure de la paupière. Cela permet d'éviter une cicatrice sur la peau et donc le risque de rétraction cutanée cicatricielle. 
 
         
                               Avant intervention                                                                          Avant Intervention 
 
                  
                               Après Intervention                                                                        Après intervention 
 

Reconstruction de la paupière inférieure : greffe + lambeau

 

Les carcinomes cutanés sont fréquements localisés sur les paupières et fréquement diagnostiqués tardivement car ces lesions sont indolores et peu visibles. La chute des cils et la perception d'un cordon induré au toucher doivent faire vous faire évoquer ce diagnostic et consulter votre médecin.

La nature maligne de la lésion conduira à retirer une marge sécurité de 4 à 10 mm selon la localisation et la nature du carcinome. La reconstruction est complexe pour les paupières car il faut reconstruire 2 couches avec une combinaison de lambeau (tissu voisin qui reste alimenté par du sang) et des greffes (tissu retiré ailleurs et replacé par dessus le lambeau). L'objectif est de protéger l'oeil tout en recréant une fome naturelle et esthétique de l'ouverture entre les 2 paupières.

 

   

                                 Avant l'intervention                                               Dessin des limites 

   

                                                                                                                     Après ablation de la lésion                                                Aspect final 

 

Entropion involutionnel (par relâchement)

L'entropion est une mauvaise position de la paupière qui se retourne vers l'intérieur, cela entraine un frottement des cils sur l'oeil source de gêne (sensation de corps étranger, rougeur, éblouissement, douleur).

Le plus souvent, comme ici, l'instabilité de la paupière est due au relâchement avec l'âge (forme involutionnelle), le traitement est chirurgical et consiste à retendre la paupière dans ses différents axes par une refixation au rebord orbitaire externe et la recréation d'un pli palpébral.

 

   

Avant intervention                                                          Après intervention

 

Ectropion

L'ectropion est une malposition de la paupière qui bascule vers l'extérieur. La conjonctive va être exposée à l'air et devenir rouge, les larmes vont couler sur la joue au lieu d'etre évacuées dans le nez, l'oeil n'est plus bien protégé avec une gêne plus ou moins importante (sensation de corps étranger, rougeur, croûtes, brûlures ).

Cette bascule peut être liée à un simple relâchement des tissus de soutient de la paupière avec l'âge, mais aussi à une rétraction de la peau comme dans le cas décrit ci dessous. La rétraction peut être provoquée par un larmoiement, une inflammation chronique,la  rétraction d'une cicatrice, une sècheresse de la peau aggravée par l'exposition solaire etc...

 Le traitement est chirurgical et consiste à retendre les tissus relâchés (refixation au rebord orbitaire) et à alonger les tissus rétractés (greffe de peau ou lambeau de peau et de muscle).

 

  

Avant intervention                                                 

    

Immédiatement après intervention                                                                 2 Mois après l'intervention 

2 Mois après intervention 

 

Entropion cicatriciel supérieur (avec rétraction)

L'entropion cicatriciel est du à une rétraction de la partie profonde (lamelle postérieure) de la paupière qui se retourne vers l'intérieur.Cela entraine une rotation des cils qui frottent l'oeil dont la surface s'abime (keratite).

Le traitement est chirurgical avec une séparation des 2 lamelles anntérieure et postérieure qui constituent la paupière, et une ascension de la lamelle antérieure par rapport à la postérieure. Pour cela le muscle releveur de la paupière doit être reculé.

Une surcorrection initiale est recherchée pour tenir compte de la cicatrisation. L'objectif est de ramener les cils à l'horizontal sans modifer la forme de l'ouverture entre les 2 paupières.

 

  

Avant intervention : rotation du bord libre vers l'arrière, les cils frottent l'oeil

  

                                  Avant intervention : rétraction de la lamelle profonde                                                 Immédiatement après l'intervention 

 

2 mois après l'intervention 

 

Reconstruction de la paupière inférieure : Technique de Kollner

 

Une paupière est constituée de 2 lamelles, une postérieure qui doit être non abrasive car elle est mobile devant l'oeil, l'autre antérieure faite du muscle orbiculaire et de la peau qui ne doit pas être en contact avec l'oeil au niveau du bord libre.

Lorsqu'il manque la quasi totalité de la paupière mais que les angles sont encore présents, la lamelle postérieure est reconstruite avec un lambeau (tissu qui est déplacé mais reste alimenté par le sang) venant de la partie profonde de la paupière supérieure . La lamelle antérieure est recréée avec une greffe de peau prélevée sur l'autre paupière supérieure.

15 jours plus tard le lambeau est coupé, le muscle releveur de la paupière supérieure reculé (pour éviter que la paupière supérieure soit trop haute) et le bord libre suturé. Cette technique est très performante car elle reconstruit une paupière avec des tissus qui viennent eux mêmes d'une paupière, donnant unn aspect final naturel avec une bonne mobilité. Ses limites sont l'absence de cils, parfois une rougeur du bord libre et une asymétrie de la forme de l'ouverture des paupières.

 

 

                                                        Avant l'intervention : forme trompeuse du carcinome                                                      Avant l'intervention

   

  J 1  Après l'intervention                                                                    J 8 Après libération du lambeau 

3 mois après l'intervention

 

Si il existe un excès cutané inférieure, on peut l'utiliser en réalisant un lambeau plutôt que réaliser une greffe de peau

    

Aspect du carcinome avant l'intervention                                   Dessin des limites et des marges de sécurité (5 mm)

    

Aspect post op immédiat, on voit le lambeau qui passe devant l'oeil                                                                 Aspect final 2 mois post op 

Ptosis : suspension au muscle frontal

 Le ptosis est une chute de la paupière supérieure du fait d'un dysfonctionement du muscle releveur de la paupière.

Lorsque ce muscle ne fonctionne plus du tout, comme dans le cas décrit ci desous, la paupière est suspendue au muscle frontal qui en se contractant soulevera la paupière. On  utilise une bandelette (ici en silicone) qui sera placée très précisément pour donner une forme harmonieuse à l'ouverture palpébrale, placer le pli palpébral au bon endroit et orienter les cils horizontalement.

La bandelette va limiter la fermeture des paupières, plus elle sera tendue plus l'ouverture sera grande (et meilleur sera l'esthétique) mais  plus la fermeture sera limitée avec des risques de déssèchement de l'oeil. La tension appliquée aux bandelettes au cours de l'opération recherche donc un compromis qui est l'ouverture maximum tolérable.

Il pourra être parfois nécessaire de remplacer la bandelette dans 3 situations : résultat esthétique satisfaisant mais l'oeil le tolère pas l'ouverture, résultat esthétiquement imparfait (sous correction ou forme inharmonieuse), rupture spontanée de la bandelette.

 

  ​

Avant l'intervention                                                                  Immédiatement après l'intervention 

  

 Immédiatement après l'intervention : les yeux ne ferment pas complètement

  

2 mois après l'intervention 

 

Lorsque le muscle releveur a une fonction nulle, il n'existe aucun pli palpébral, celui ci sera recréé par l'intervention ce qui aura un impact esthétique très important.

    

 

Aspect pré opératoire                                                                          Aspect immédiatement post opératoire 

    

Aspect 2 mois post opératoire 

 

Ectropion sans rétraction avec poche malaire

L'ectropion est une bascule de la paupière vers l'extérieur. Il est lié à un relâchement des tissus de soutien de la paupière.

Dans le cas décrit ci-dessous, la peau et le muscle orbiculaire ne sont pas rétractés (ce qui aggraverait la bascule) mais au contraire, relachés ce qui entraine une légère déformation au-dessus et en dehors de la pommette appelée pôche malaire.

L'intervention a consisté à retendre la lamelle postérieure dans ses 2 axes (refixation au rebord osseux externe et refixation du muscle rétracteur) et à remonter le lamelle antérieure (peau, orbiculaire et graisse sous orbiculaire) également fixée au rebord osseux (mesolift ou "cheeklift"). Une surcorrection initiale est volontairement recherchée pour tenir compte du relâchement dans les 6 mois post-opératoires. 

 

    

Aspect avant l'intervention

    

Aspect post-opératoire immédiat                                              Aspect 2 mois après l'intervention

    

Aspect 2 mois après l'intervention                                          Aspect 2 Ans après l'intervention

 

Ptosis : raccourcissement du releveur par voie conjonctivale

Le ptosis est une chute de la paupière supérieure liée à une dysfonction du muscle releveur de la paupière. Dans le cas décrit ci-dessous, le muscle se contracte normalement mais sa fixation à la paupière s'est relachée (ptosis de type aponévrotique). Ce phénomène peut être lié au vieillissement, à une inflammation de voisinage ou encore au port prolongé de lentilles.

L'injection de gouttes de neosynéphrine en provoquant la contraction du muscle et la remontée de la paupière permet de distinguer ce type de ptosis de ceux liés à une perte de la contractibilité du muscle. L'intervention, faite dans un but habituellement esthétique, est délicate car la moindre imperfection est très visible. L'objectif est bien sûr de remonter la paupière mais également, lui donner une courbure régulière et harmonieuse, ainsi que lui repositionner le pli palpébral et la graisse orbitaire pour supprimer l'aspect d'oeil creux.

L'opération se fait sous anesthésie locale potentialisée (avec un complément donné par l'anesthésiste qui permet d'être destressé). Les 2 cotés sont opérés en même temps. Il n'y a pas de cicatritrice car la paupière est retournée et le muscle abordé par l'intérieur. Le fil à ce niveau est résorbable et sera gênant 4 semaines environ (sensation de corps étranger). Le risque principal est une imperfection esthétique (asymétrie, courbure inharmonieuse) qui conduirait à une retouche cette fois avec un abord cutané. Il n'y a pas de risque de malocclusion palpébrale ici car le raccourcissement est modéré.

 

    

Aspect pré-opératoire                                                            Aspect après instillation de néosynéphrine

    

Aspect post-opératoire immédiat                                             Aspect 2 mois après l'intervention 

 

Blépharoplastie supérieure

Avec un excès de peau apparait progressivement sur les paupières supérieures, faisant descendre puis disparaitre le pli palpébral.

A ce stade, la peau touche les cils ce qui donne un aspect fermé au regard et entraine souvent une sensation de lourdeur des paupières. Pour compenser, les muscles du front se contractent ce qui remonte anormalement les sourcils et crée des rides sur le front.

L'intervention retire l'excès de peau et de graisse et replace le pli palpébral. 

 

    

Aspect pré-opératoire à l'âge de 59 ans                                               Aspect du regard à l'âge de 20 ans (sourcils en position normale) 

    

Aspect post-opératoire immédiat                                                      Aspect post-opératoire à 3 mois

 

Reconstruction de l'orbite après expulsion d'un implant orbitaire : Greffe dermo graisseuse

Lorsque l'oeil doit être retiré (énucléation qui est une ablation complète, ou éviscération où on conserve la paroi du globe) la perte du volume est compensée par la mise en place d'un implant intra-orbitaire.

Il arrive que celui-ci soit rejeté et s'extériorise, entrainant une infection et des sécrétions abondantes et gênantes. La greffe dermo graisseuse prélevée dans la fesse va alors permettre de recréer du volume après ablation de la bille infectée. La greffe permet aussi de reconstituer de la conjonctive qui se reformera sur la partie dermique blanche laissée à nue.

Le greffon prend en une quinzaine de jours et la conjonctive se reformera en 6 semaines environ. Une prothèse ayant l'aspect d'un oeil est ensuite réalisée sur mesure par un oculariste. Une résorbtion partielle de la greffe (30 % environ) va se produire dans les 6 premiers mois, elle est anticipée en plaçant volontairement un greffon trop gros au départ.

 

     

Sécrétions abondantes et extériorisation de la bille qui devient visible quand on retire la prothèse

    

Un greffe dermo graisseuse est prélevée sur la fesse                                                                Aspect après 15 jours   

    

Aspect final 6 mois après l'intervention sans et avec prothèse 

 

Paralysie faciale : Réanimation de la paupière à l'aide d'un implant intra-palpébral

En cas d'atteinte du nerf facial, la contraction du muscle orbiculaire qui ferme les paupières est compromise et l'oeil reste ouvert la nuit (lagophtalmie) avec un clignement absent ou incomplet pendant la journée. Lorsque cela entraine une détérioration de l'oeil (keratite, ulcère de cornée, baisse de vision, douleurs etc...), une réanimation de la paupière peut être obtenue grâce à la gravité en plaçant un implant en or sous le muscle releveur de la paupière. Un test est pratiqué avant l'opération pour choisir le poids le plus adapté. L'implant définitif en or sera placé de facon à maintenir une forme harmonieuse à l'ouverture palpébrale.

S'il existe une rétraction de la paupière (ce qui ici le cas), le poids corrigera à la fois cette rétraction et la lagophtalmie.

En l'absence de rétraction, il entrainera une position légérement plus basse de la paupière par rapport au côté opposé, ce qui peut être esthétiquement gênant. On choisit donc toujours le poids minimum capable d'obtenir la fermeture des paupières. 

 

    

Aspect pré-opératoire avec une rétraction de la paupière et une lagophtalmie importante 

   

Essai du poids en pré-opératoire                                         Aspect final 2 mois après intervention 

 

 

On devine l'implant rectangulaire

 

 

Blepharoplastie inférieure et lipostructure des cernes et du visage

La blepharoplastie va permettre de corriger l'excès de peau, le relâchement du muscle orbiculaire et la graisse en excès au niveau de l'orbite. 

La lipostructure est une technique récente qui permet de corriger également les creux en réalisant des micro greffes graisseuses à l'aide de canules (aiguilles mousses, c'est-à-dire non pointues pour ne pas être aggressives).

La graisse est prélevée sur la face interne des genoux, centrifugée pour ne prendre que les cellules graisseuses (adipocytes) qui sont ensuite déposées sous forme de multiples petits amas dans toutes les zones où l'on souhaite augmenter le volume. Un film est visible pour visualiser la technique. 

Ces greffes apportent également des cellules souches qui amélioreront la qualité des tissus et l'éclat de la peau.

Une surcorrection est recherchée volontairement au moment de l'intervention pour tenir compte d'une résorbtion partielle de 30 à 40 % du volume des greffes dans les 6 mois post-opératoires. 

Cette technique est un énorme progrès dans la chirurgie du regard, tout particulièrement lorsque le visage s'est globalement amaigri ou lorsque les cernes sont très prononcés.

 

  

Aspect pré-opératoire                                    Aspect à l'âge de 20 ans 

  

Aspect à J 1                                               Aspect à 6 mois